Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Indonésie - premier bilan (Jakarta)

    Imprimer

    Chers tous,

    Les premiers jours à Jakarta ont été intenses. Pas le temps de me remettre du décalage horraire que déjà il fallait négocier, comprendre et interpréter avec nos différences culturelles saisissantes. La puissance des traumatismes pèse ici son poids. L'impact de la présence hollandaise, puis les révolutions, puis la mémoire de la nature, plus forte que tout, la venue également des curateurs ont laissé de profondes cicatrices.  

    Jakarta est une ville metling pot. Une ville électrique. Tout file, et pourtant le temps est un embouteillage constant. Le bruit, la pollution. Une ville qui fourmille, observe, s'observe. 

    Dès notre arrivée, nous avons rencontré le collectif Kota Seni composé de personnes vivant dans la rue. Leur survie passe par l'expression artistique et le collectif. Ensemble, ils se réunissent dans un square et donnent des cours à ceux qui le souhaitent. C'est étonnant, ces figures, ces sourires, cette joie intense d'être ensemble. Avec eux, une peinture collective a été réalisée mardi soir. Nous l'avons avec nous. Trois peintures sur verre ont été également achetées. Elles représentent des divinités locales. Celui qui fait cela, donne des cours aux enfants, et essaye de développer l'imaginaire des maisons de Jakarta. 

    Nous avons découvert également l'école d'Art Hadiprani, tous les élèves de 6 à 13 ans (je vous invite à voir la note correspondante sur le blog Indonesia) ont un sacré talent. Tous nous ont donné leurs tableaux et des explications sur leur création. L'un des plus brillant est celui qui fait la tête en présentant son dessin. Mais avec des lettres ils dessinent des histoires et a déjà été exposé.

    Nous avons été invitées dans deux écoles pour enfants des rues. Ces écoles existent grâce à la volonté des volontaires. Ils essayent de sortir les enfants du travail, de la prostitution, de la drogue, etc. Dans une des écoles nous avons dessiné avec les enfants. Dans l'autre, nous avons écouté leurs histoires, et découvert leurs fabuleuses peintures. Nous gardons l'idée de faire quelque chose avec eux sur le long terme.

    Enfin Jack, responsable (ou protecteur) du groupe Kota Seni nous a convié sous un périphérique pour découvrir les familles qu'il aide. Ces familles trient les déchets de la ville. En plein air, sous un arbre avec une bache tendue, il essaye de donner de l'espoir aux enfants. Nous avons passé là plusieurs heures à dessiner, rire, imaginer. Seul un enfant du groupe est scolarisé. Tous nous ont donné leurs dessins. À notre retour, nous allons tenter de chercher une ONG ou un moyen de les aider sur du long terme.

    Mardi soir dans la nuit nous avons renonctré le collectif Serrum. Ce collectif accompli un travail fabuleux. Ils font des affichent, des tags à travers la ville de Jakarta. Ils travaillent avec les étudiants de plusieurs universités. Ils tentent de faire réfléchir les habitants de la ville. Ils sensibilisent aux différents problèmes. C'est exceptionnel, car en Indonésie aucune étude ne permet la réflexion profonde et la remise en question. 

    Avec ce collectif Serrum, j'aimerais mettre en place : un mur de la Forêt des âmes, des t-shirts originaux... Et pourquoi pas en faire le relais de Spirit of Boz en Indonésie. 

    Bref, nous sommes maintenant à Yogyakarta. Nous faisons un court break pour nous remettre des nos émotions, rétablir nos estomacs qui ont souffert de la cahleur, des piments, de la friture, des cafés avalés pour chaque négociation, etc. Et nous allons trouver de nouveaux collectifs, de nouvelles formes d'expression et surtout découvrir une économie basée sur les sagesses locales...

    Rendez-vous tous les jours sur le blog :

    http://spiritofboz-indonesia.blogspot.com

    A bientôt


    Lien permanent Catégories : Be Boz Be Art 0 commentaire
  • LE TOUR DU BOZ en SUISSE

    Imprimer

    Bonjour à tous,

     

    Je vous informe que

    Camille-Alban Spreng, musicien de Lausanne,  camille-alban.jpg

     

     

     

     

    darren.jpg

    et Darren Roshier, performeur et plasticien originaire de Vevey et étudiant à l'HAED de Genève,

     

     

     

    ont bien reçu les questionniares de la forêt des âmes (en 3 langues: français, allemand, italien), qu'ils distribueront en Suisse, et notamment dans les villages, au cours de leurs activités et pérégrinations artistiques.

    Je reste en contact étroit avec eux pour la suite.

    Be Boz Be Art!

    Edwin

    Lien permanent Catégories : Be Boz Be Art 0 commentaire
  • Projet Indonésie, c'est parti

    Imprimer

    exclogo_biennale3.gifChers tous, 

    Direction Jakarta avec un programme déjà bien rempli et qui soulève des curiosités (notamment la partie sculpture sur glace en pleine mousson) :


    Vendredi 18 nov 16h-23h

    • Rencontres avec les artistes de Kota Seni, à Taman Suropati (dans un parc), discussion/interview autour du projet.
    • Création sculptures sur glaces
    • Peinture
    • Wayang (marionettes traditionnelles indonésiennes)


    Samedi 19 novembre,

     

     

    • 13h-17h Sehabat Anak, Ecole pour enfants des rues
    • 18-20h : Rencontres avec Serum, collectifs d'artistes (qui travaille beaucoup avec le CCF)
    • soirée/ nuit dans la maison de Serum : Discussion avec Dimas pour l'école d'enfants des rues de Cikini

    Dimanche 20 novembre

    • Possibilité de rencontres/création avec Serum
    • Possibilité de rencontrer encore les artistes de Kota seni

    Lundi 21 novembre :

    • 9h-11h : Rencontres avec l'ecole d'enfants des rue de Cikini
    • 14h-15h30 : Rencontres avec l'école d'enfants des rue de Melawi (pas sur du nom : à confirmer)
    • 18h-19h : Rencontres avec des enfants dans une école d'art de Jakarta (très aisée), quartier de Kemangundi 21 novembre, 

     

    Mardi 22 novembre :

    • Rendez-vous et portraits

    Mercredi 23 novembre - direction Jogjakarta

    Rendez-vous au LIP / Centre culturel Français / dépôt de questionnaires

    Jeudi 24 novembre Rencontre avec Elisabeth D. Inandiak

    Village Bebekan / Volcan Merapi

    J'ai acheté du matériel à dessin pour son centre afin d'aider localement ce centre d'art et de culture traditionnelle. Nous allons également déterminer d'un atelier à animer.

    Rencontre avec les artistes

    Vendredi 26 novembre : ouverture de la biennale

    Rencontre avec Pitra Hutomo

    Samedi 27 rencontre avec Eko (architecte reconnu au niveau mondial qui travaille avec les enfants)

    Interview

    Lundi 29 novembre

    Science Film Festival / Le labyrinthe de la Forêt 

    Lundi 5 décembre : débat "religion & diversité"

    Les rendez-vous ne sont pas encore tous définis... mais vous pourrez suivre le déroulement des étapes en direct ou en léger différé sur le blog Spirit of Indonesia !


    Lien permanent Catégories : Be Boz Be Art 0 commentaire
  • Badge pour les artistes

    Imprimer

    Afin de ne pas arriver les mains vides face aux artistes locaux, un badge a été créé... Avec le Shaman au centre, et l'inscription "Spirit of Boz Julien Friedler Association for Contemporary Art"... 

    141120112250.jpg


    Lien permanent 0 commentaire
  • Rencontre avec Elisabeth D. Inandiak

    Imprimer

    generated_236.png

    Elizabeth D. Inandiak est née en France et dès dix-neuf ans, sillonne le monde comme grand reporter pour 

    divers magazines : Actuel, GEO, Marie-Claire, et aussi pour France Culture et ARTE. En 1989, envoyée en reportage en Indonésie, elle tombe sous le charme de l’île de Java et s’y installe. Elle traduit et recompose à neuf le Livre de Centhini, la grande odyssée érotiques et mystique de Java, sous le titre « Les chants de l’île à dormir debout » (Editions du Relié/ Le Seuil Poche Point Sagesse- prix de la Francophonie Asie 2004). 
    Elle est par ailleurs correspondante de Courrier International pour l’Indonésie. Suite au séisme du 27 mai 2006, elle a fondé dans le village de Bebekan, (sud de Yogyakarta, Java) un centre communautaire favorisant la rencontre entre culture et agriculture, éducation et micro économie, environnement et sagesses locales.

    J'ai pris rendez-vous avec elle lors de mon arrivée à Jogja afin d'essayer d'aider le village qu'elle reconstitue. Pour découvrir le Village de Bebekan, cliquez-ici.

    J'espère que son expérience pourra éclairer nos questions autour du village du Boz au Togo.

    Lien permanent Catégories : Be Boz Be Art 0 commentaire