Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Réflexions autour de Give up

    Imprimer

    Tout d’abord il y a le don, ou « l’abandon », le « faire give up ». Cette volonté « d’abandonner quelque chose par le don » correspond pour moi à la condition de viabilité humaniste du projet et se rattache théoriquement à l’axiome fondamental du Boz : « il y a en chaque homme un artiste ». Le don (d’un objet quelconque par quiconque) ou l’abandon (du narcissisme du créateur pour l’artiste - qui accepte de participer à la création d’une œuvre collective qui outrepasse son identité propre), comme l’impulsion créatrice et la condition nécessaire de participation et de réalisation du projet.

     

    Ce don-abandon pourrait ainsi être perçu comme la base éthique, le contrat moral, la raison sur laquelle se construisent les relations saines et positives entre les individus acteurs-créateurs de la « collection give up ». Cette posture face au don, qui rassemble et impulse la création, donne une force symbolique et significatrice aux objets et aux œuvres créées. Elle « peut » également guider l’interprétation du contenu des expositions si on accepte toutefois cette posture comme un paradigme.

    Paradigme qu’on pourrait développer plus en profondeur en considérant que l’objet contient naturellement tous les dons et les abandons du monde.

     

    Chaque objet, chaque création est toujours déjà don et abandon. L’objet donné en cadeau comme langage universel de l’affection, l’homme, l’ouvrier ou l’artisan qui abandonne son temps à la création de l’objet, l’artiste qui s’abandonne littéralement dans son œuvre …

    Sous l’angle linguistique, nous pourrions dire de manière un peu pompeuse que l’objet réalise la concaténation des chaînes sémantiques du don et de l’abandon.

     

    A ce stade, il n’y même pas besoin d’œuvres, le concept justifie la pratique et implique, peu importe l’objet présenté, un mode d’interprétation et une esthétique particulière. Quelque part, give up, incarne une Esthétique qui met toute créations sur le même plan (objets insignifiants, objets techniques, œuvres d’art), et tout homme au rang d’artiste. Ce qu’il y a voir n’est pas la création experte d’un sur-homme, d’une sensibilité effrénée, d’un Artiste, mais le témoignage du potentiel créatif – sans limites formelles ou jugement de valeurs - de toute la communauté humaine, aujourd’hui et dans le monde entier.

     

    A l’extrémité de cette démarche il n’y a plus lieu de parler d’art, tout est création, potentiel de liberté et témoignage et trace de la vie et du temps.

     

    Mais quel témoignage ? Ici il faut de la matière, des objets, il faut des hommes et des femmes, il faut des œuvres, il faut que l’ensemble soit vu, il faut une exposition, il faut une collection.

     

    Pourquoi une collection ? Parce que si nous disons : « nous constituons une collection », nous ne nous engageons pas à exposer à court terme, nous pouvons rester flou sur la quantité et la qualité réelle de cette collection, nous pouvons créer une attente pour une exposition évènement qui dévoilerait « enfin » ce qu’elle renferme. L’exposition reste nécessaire (si nous ne voulons pas passer pour des marchands de sables), il faut qu’elle existe au moins dans notre discours, et potentiellement dans un avenir pas trop lointain, mais le fait qu’elle n’arrive pas tout de suite ne nous empêcherait pas de travailler en attendant sans se mettre en porte-à-faux vis-à-vis de nos interlocuteurs.

     Mais imaginons la cette exposition : un rassemblement d’objets (ni vraiment originaux, ni vraiment authentiques, ni vraiment surprenants) et d’œuvres (dont la qualité reste et restera toujours discutables pour grand nombres de raisons). Soit, nous disons en filigrane : voici des objets banals et des œuvres d’inconnus. C’est donc notre atout ! Et c’est précisément là où nous sommes « différents », c’est notre ligne, notre « politique », et nous revenons à notre axiome et nos fondamentaux. Nous devrions donc dire, en clair cette fois ci : «  oui ! Ce sont des objets banals et des œuvres dont l’intérêt n’est pas spécifiquement formel, crées par des inconnus non légitimés par le monde de l’art, et Oui c’est intéressant et nous allons vous le montrer ! ».

     

    Arrive alors le moment crucial, la question fatidique : « mais qu’y a-t-il donc de plus à voir » ?

    C’est ici qu’intervient à mon sens le second angle d’interprétation ou le niveau supérieur de l’analyse, qui attrait non plus à une réflexion sur le statut de l’artiste et de l’homme qui crée ou qui donne, mais à celui de l’Objet dans sa condition générale. Je disais plus haut, que l’Esthétique dessinée par give up met tout les hommes au rang d’artistes et (re)donne à toutes les sortes d’objets et créations une dignité. C’est sur ce second point qu’il faudrait maintenant s’étendre. Que délivrent ces objets ? quels témoignages, quels « messages » ? Mais au fond, doit-il nécessairement y avoir un « message » ?

     

    Il conviendrait naturellement d’aborder ici la question du langage. On auréole généralement l’œuvre d’art d’une qualité communicationnelle toutefois irréductible au langage. De façon générale, l’Art déstabilise le langage et sa fonction totalisante, il en illustre régulièrement les limites. Give up s’inscrit dans cet état de fait.

    D’une part. Give up n’est pas un projet qui soutiendrait l’illusion d’une interculturalité ou d’un véritable dialogue. Non, le langage n’est pas seulement une qualité mais également un problème : l’incompréhension et notre incapacité à communiquer par delà les différences reste une des plaies de notre monde moderne, et ce particulièrement sur ce qu’il est convenu d’appeler la culture. Non nous ne nous comprenons pas, le monde de l’indien azurini n’est pas celui du prisonnier bulgare, ou du public d’un musée d’art contemporain munichois. Non le villageois de Tovegan n’a pas véritablement participé au même projet que moi, « jeune artiste de Bruxelles », mais nous avons fait l’expérience. Give up est une expérimentation, une véritable expérience, qui donne lieu à une forme encore inconnue de langage.

    L’objet y tient une place fondamentale : il devient malgré son insignifiance superficielle un signifiant riche et profond laissant entrevoir une multitude de signifiés qui forment l’esquisse d’une sémantique, d’un autre langage, dont il constitue l’alphabet et la pratique artistique la grammaire.

    La pertinence esthétique du projet Give up pourrait selon moi se résumer selon cette grille d’interprétation :

    « L’œuvre d’art est irréductible au langage, l’objet est toujours don et abandon, Give up se base sur cet état des choses et le réalise à la lettre : le public donne, l’artiste abandonne son statut, au profit d’une pratique collective donnant lieu à une forme balbutiante de langage, une collection, dont le balbutiement est assumé, et qui nous offre partant, une forme de liberté, de nouvelle perspectives et un nouveau regard sur le monde commun dans lequel nous vivons »  

     

    Edwin Lavallée

    Lien permanent Catégories : Be Boz Be Art 0 commentaire
  • News Indonésiennes

    Imprimer

    IMG_3883.jpgChers tous,

    En Indonésie, le mouvement se poursuit doucement au rythme des êtres, des errances contemplatives.

    Avec le collectif Serrum : 

    > T-Shirt

    > Réflexion sur les tags : notamment avec le Shaman et ses visions

    > Les questionnaires également

     

    A Yogyakarta :

    > Le directeur de l'hôtel Dusun Village Jogga Inn a fait remplir des questionnaires à des invités lors du nouvel an. 

    > Anaïs, une jeune française est repartie vivre là-bas six mois et elle logera chez Bayou, artiste très intéressant que j'avais rencontré. Elle va faire suivre les questionnaires. 


    À Paris :

    J'ai débuté la rédaction du récit de voyage...

     

    Lien permanent Catégories : Be Boz Be Art 0 commentaire
  • Propositions par le collectif Serrum

    Imprimer

    Vous vous souvenez, j'avais rencontré un collectif très intéressant à Jakarta : le collectif Serrum. 

    Ce collectif agit dans les rues, et auprès des étudiants. Depuis ma rencontre avec Sigit qui s'occupe de ce collectif, nous sommes restés en contact. 

    Nous allons essayer de mettre en place des T-shirts originaux et des tags dans la ville de Jakarta et ainsi qu'une distribution des questionnaires.


    Le collectif a travaillé. Et ce jour nous propose les réalisations suivantes : 

     

    1.jpg

    2.jpg

    THE TAG.jpg

     




    Lien permanent 1 commentaire
  • Réunion du 31 janvier & 1 février 2012

    Imprimer

    248119988_988e14e4c4_m.jpegChers Amis,

    La prochaine réunion aura lieu le 31 janvier et le 1 février 2012. 

    Rendez-vous dès 13h30 à l'Atelier du Boz.

     

    Au programme : 

    > faire un point de nos avancées - réalisation, évolution des projets en cours..

    > les lieux dits du Boz - une nouvelle économie et plus...(reflexions et stratégies) :

    • Merci de lire et réfléchir autour du texte de Norbert Hilaire "double vue";
    • Merci de lire les 3 lettres de Julien (pour cela clique ici !)




     

     

    Lien permanent Catégories : Rencontres 0 commentaire
  • Les blogs externes...

    Imprimer

    Screen shot 2012-01-03 at 7.06.39 PM.png

    Les différents blogs par pays ou continent en fonction des projets continuent de voir le jour !

    Ils nous permettent de faire connaître le projet Spirit of Boz dans son intégralité. Chaque blog rend directement accessible le questionnaire de la Forêt des âmes. il s'agit également de donner des informations sur les créations locales, de poursuivre les liens établis dans les pays ou de les développer.

    Pour le moment ont été mis en place :

    Spirit of Boz - Indonesia

    Spirit of Boz - USA

    Spirit of Boz - Italia

    Spirit of Boz - Bulgaria

    Spirit of Boz - Africa

    Spirit of Boz - France

    Spirit of Boz - China

    N'oublions pas BeBoz America Latina qui montre bien toute l'importance de ce travail de relation de proximité.

    Autre point, ils sont tous reliés entre eux afin de donner une dimension internationale du projet. 

    Tous ces blogs seront ensuite reliés à la partie Be Boz Be Art du futur site. Leur animation permettra de poursuivre et d'entretenir les liens locaux et de poursuivre le projet sur 80 ans...


    Lien permanent 0 commentaire